Menu
Chercher
Fermer
Fermer la navigation

Les plus lus

Mieux manger
Retour

«J’ai eu la chance de pouvoir participer à une tradition suisse, que je n’aurais pas eu l’occasion de vivre.»

Sara

Qu’est-ce que la désalpe?

C’est la célébration de la descente des vaches de l’alpage, et c’est surtout l’événement traditionnel le plus connu des montagnes. Le processus commence au printemps quand l’éleveur monte ses vaches à l’alpage. Une manifestation que certaines régions continuent de célébrer et qui s’appelle la Poya. Après avoir passé environ 4 mois dans les pâturages en montagne, les vaches redescendent vers la fin septembre-début octobre et défilent à travers plusieurs cantons en Suisse. L’armailli (le berger typique des alpes) les couronne de fleurs pour l’occasion.

À Semsales, la désalpe (ou rindja en patois fribourgeois) est un événement public suisse très convivial qui réunit chaque année autant les habitants que les visiteurs. Chaque canton à ses traditions. Pour le canton de Fribourg, l’armailli porte pour l’occasion la tenue traditionnelle: le bredzon. Elle était autrefois portée le dimanche, maintenant elle est uniquement utilisée lors d’événements traditionnels.

Comment se déroule la désalpe?

Réveil à 6 heures du matin, car il y a beaucoup de travail et de préparation avant de descendre les vaches. Nous arrivons à la ferme aux alentours des 7 heures et les hommes montent directement à l’alpage afin de préparer le troupeau. Ils doivent prendre soin du bétail avant la descente, c’est-à-dire: laver les pattes et les queues des vaches, ainsi qu’étriller et brosser leur beau manteau.

Pendant que les hommes sont à l’alpage, nous (les femmes et les jeunes filles) nous préparons à la ferme. Pour l’occasion, les femmes mettent un dzaquillon, le vêtement traditionnel porté au travail dans les champs.

Une fois prêtes, nous rejoignons vers 8h30 les hommes et les jeunes garçons à l’alpage pour un petit-déjeuner traditionnel. Ces derniers finissent d’habiller les vaches: ils leur attachent des couronnes de fleurs en papier et leur mettent les cloches autour du cou. Nous nous regroupons ensuite tous autour de la table pour déguster le petit-déjeuner traditionnel composé de viande séchée, pain, gruyère et vacherin bien sûr! Maxime Richoz en profite pour donner les dernières instructions avant le départ, car tout est une question de timing. Ce n’est pas moins de 15 troupeaux, environ 700 animaux, qui vont traverser le village avec un intervalle de 15 minutes entre chaque passage. Le timing est donc primordial afin de garder les visiteurs actifs sur la grande rue et permettre à chaque éleveur de pouvoir passer avec son troupeau sans en bloquer un autre.

Avant le départ, Maxime sort trois vaches et attache sur leur tête des petits sapins décorés. Ce sont elles qui vont mener le troupeau. Maxime va donc les suivre, pendant que les autres armaillis vont s’introduire dans le troupeau par groupe de deux en laissant chaque fois 3-4 bêtes entre eux. Cette organisation va permettre de garder le troupeau groupé.

Vers 10 heures, nous quittons l’alpage pour notre passage dans le village prévu à 11h15. Pendant la descente, nous pouvons ressentir l’excitation des animaux. Il faut donc les garder bien groupés, en faisant de notre mieux. Pour cela, l’armailli utilise une canne ainsi que ses bras comme outil de conduite. La descente dure une bonne heure, sous une fine pluie qui laisse finalement place au soleil! Les habitants nous offrent du vin et des jus de fruits tout au long du chemin, afin que l’armailli puisse continuer à rugir et appeler son bétail sans s’assécher les vocales.

À l’entrée du village de Semsales, je vois des centaines de personnes alignées sur chaque côté de la route. La plupart équipée d’un appareil photo ou de leur téléphone, alors que d’autres apprécient le spectacle avec leurs yeux tout en applaudissant les éleveurs. Je comprends à ce moment-là l’importance de cette tradition et suis fière de pouvoir vivre ce moment qui fait partie de notre héritage.

Une fois le village traversé, nous prenons la direction de la ferme pour ramener les vaches «à la maison» et nous nous mettons tous autour d’une table dans la grange pour fêter la désalpe autour d’un bon repas en famille. L’après-midi, nous descendons au village pour découvrir les artisans et les producteurs de la région. Au programme du soir: retrouvailles à la cantine avec toutes les familles ayant défilé avec leur troupeau et partage d’un souper tous ensemble.

Une authenticité et des traditions

Pour ma part, c’était une journée très spéciale! J’ai eu la chance de pouvoir participer à une tradition suisse, que je n’aurais pas eu l’occasion de vivre sans ma belle-famille. Ma partie préférée était sans aucun doute le petit-déjeuner. J’ai adoré ce moment, où l’on discutait et rigolait ensemble autour de la table à l’alpage.

C’est avec plaisir que je te donne rendez-vous l’année prochaine pour la 37ème désalpe de Semsales!

Autres publications dans cette rubrique
Fermer
Suivre ce blog

Nous t'informons volontiers par e-mail des nouvelles publications sur La clé des champs. Tu peux te désabonner en tout temps.

Fermer
Confirmation d'inscription

Salut %s

Nous sommes très heureux de t'accueillir parmi nos abonnés.
Le processus d'enregistrement est à présent terminé.