Menu
Chercher
Fermer
Fermer la navigation

Les plus lus

Mieux manger
Retour

Derrière la porte de cette culture maraîchère se cachent de vrais trésors régionaux…

Comme chaque semaine, je vérifie le contenu de mon porte-monnaie, juste avant de démarrer ma voiture. «C’est bon, j’ai un billet par-ci et quelques pièces par-là». Comme chaque semaine, mon panier sous le bras, je pars explorer ma caverne d’Ali Baba préférée et compte bien en ramener quelques trésors à la maison. Arrivée à destination, 10 minutes plus tard, je pousse la porte du hangar. Je n’ai même pas besoin de réciter une formule magique. La porte est ouverte, pour tous, du matin au soir. Et elle est là, justement, la magie.

Des légumes et des fruits de saison tout beaux et tout frais qui sautent gaiement dans mon panier. Je regarde ce panier, plein à ras bord, où des endives, des choux, des pommes, du rampon, des oignons et des pommes de terre se côtoient allégrement. Je les ai mis sur la balance et j’ai collé toutes les étiquettes sur une feuille. Grâce à la calculatrice à disposition, j’ai noté le total. «Ah, je vais encore prendre des œufs». Je glisse la feuille dans une pochette avec pièces et billets et je l’insère dans la boîte en bois. Voilà, c’est tout! Je repars, toute contente de mes trouvailles.

J’ai de la chance de pouvoir aller chercher à ma guise des légumes et des fruits de production locale, vendus en self-service et proposés onze mois par année aux habitants du coin. Oui, j’ai de la chance de vivre dans cette région où les producteurs font confiance aux consommateurs et, surtout, où ces derniers jouent ce jeu de la confiance. «Pourvu que cela dure». Pour que le maraîcher qui se cache derrière tout cela puisse me proposer ses produits encore longtemps.

«Pour être un petit maraîcher, il faut être passionné.»

Christophe Martin


Un maraîcher qui régale nos yeux et nos papilles

Il s’appelle Christophe Martin. Etabli à Montagny-près-Yverdon, il reprend l’exploitation de son oncle en 2013. La culture maraîchère, c’est une histoire de famille. En 1965, tout commence avec la production de fleurs. Puis petit à petit arrive celle des légumes. En 2015, constatant que la vente aux grossistes devient difficile, il a l’idée d’ouvrir un self-service, privilégiant la vente directe. Idée qui porte ses fruits rapidement. Il n’y croit pas vraiment, mais voilà qu’en été 2017, il voit le nombre de ses clients franchir la barre des 60 visites par jour.

De mars à fin juin, il nous propose des géraniums, des pâquerettes, des myosotis. Dans la serre colorée qu’il me fait visiter, cela sent les beaux jours. Puis les fleurs céderont leur place aux légumes. «Est-ce que tous les produits que vous proposez viennent de chez vous?». «C’est mon but pour cette année. Mes serres ne sont pas chauffées, alors je m’approvisionne parfois chez des maraîchers voisins pour pouvoir proposer à temps les légumes aux consommateurs. Comme des tomates ou des salades, lorsque je ne suis pas encore prêt». Les œufs, quant à eux, sont fournis par un paysan du village. 

Au menu en mai et juin: courgettes de toutes sortes, fenouil, concombres, radis, persil, ciboulette, oignons nouveaux, poivrons, carottes, aubergines, choux-fleurs, brocolis, une quinzaine de variétés de tomates, pommes, poires, etc… Les légumes de garde, eux, sont conservés dans un hangar, à une température de 1°C. Céleri pomme, choux, carottes, oignons… Christophe m’avoue: «Mon coup de cœur: les tomates, pour leur diversité, leur couleur et leur goût!»

Ses projets? Déplacer le self-service en mai, 50 mètres plus loin, dans un plus grand hangar et ainsi nous offrir plus de choix et de modernité. Proposer toute la gamme des légumes en 2018. Et pourquoi pas, en 2019, créer un poulailler. En bref, du local, du frais, du bon! On s’en réjouit!

«Pour être un petit maraîcher, il faut être passionné, sans quoi on ne tient pas deux jours», me confie-t-il. J’espère de tout cœur que sa passion restera vivante, entretenue par l’honnêteté sans faille de ses consommateurs. Pour le plus grand bonheur de nos papilles.

Adresse & page Facebook
Christophe Martin
Cultures maraîchères et horticoles
Les Plantaz – 1442 Montagny

Horaires d’ouverture du self-service:
7 jours/7, de 08h00 à 20h00

Horaires d’ouverture de la vente de fleurs:
lu-ven: 07h30 à 17h30
sam: 07h30 à 12h00

www.facebook.com/martin.montagny

Robert d.
25. avr 2018
Rematque gentille!!!

Super initiative et plein de bonheur et réussite pour la suite. Seul bémol, l'obligation de se connecter à Facebook pour tout connaître sur votre entreprise!!!! C'est un peu dommage que vous n'ayez pas une adresse mail "normale"!!!!

Rédaction de La clé des champs

Salut Robert,
je te remercie pour ton commentaire très positif et suis ravie d’entendre que tu apprécies ma publication !  :)
J’ai demandé à Christophe Martin son adresse e-mail et la voici si tu souhaites directement le contacter: christophe.martin@hotmail.com. Je te souhaite un bel après-midi et te dis à très vite sur La clé des champs, Virginie

Autres publications dans cette rubrique
Fermer
Suivre ce blog

Nous t'informons volontiers par e-mail des nouvelles publications sur La clé des champs. Tu peux te désabonner en tout temps.

Fermer
Confirmation d'inscription

Salut %s

Nous sommes très heureux de t'accueillir parmi nos abonnés.
Le processus d'enregistrement est à présent terminé.